Accueil www.macoree.com

Les Invasions mongoles

Si la Chine a fait construire la Grande Muraille, ce n’était pas pour rien : les Mongols étaient des adversaires redoutables, et ce ne sera pas la petite Corée déchirée par ses luttes intestines qui pourra lui résister. Tout avait commencé quand la Corée avait demandé de l’aide aux Mongols contre les Khitans, aide que les Mongols accordèrent à un prix exorbitant. Au bout d’un moment, les relations Coréano-Mongoles se dégradèrent. Après avoir défait les Tartares, et mis Pékin à sac, ils envahissent donc sans scrupule la péninsule en 1234. Le roi se réfugia dans l’île de Ganghwa (강화도) à l’embouchure de du fleuve Han (한강), laissant les Mongols mettre le pays à feu et à sang. En 28 ans, ils envahissent 5 autres fois la Corée pour réussir à la soumettre en 1259 à leur dynastie qu’ils ont fondée en Chine, la dynastie des Yuan. Ils imposent alors au gouvernement un contrôle dit des « commissaires résidents ». La cour royale de Goryeo se voit liée par le sang aux Mongols car les rois coréens doivent être éduqués à Pékin et épouser des princesses mongoles. Le peuple, lui, doit grossir les rangs des armées mongoles contre le Japon (1273 et 1282). Au siècle suivant, les Mandchous au nord et les Japonais au sud s’amusent eux aussi à faire des incursions en Corée alors que la puissance Mongole décline. Les Mongols « règnent » jusqu’en 1368 sur la Corée, lorsqu’ils sont défaits en Chine et qu’une nouvelle dynastie s’établit (la dynastie Ming, restée célèbre pour ses vases…). Les Coréens essayent de prouver leur fidélité envers les Mongols en envoyant en 1388 une armée de 38 800 hommes dirigée par Yi Seonggyé (이성계, 李成桂). Celui-ci arrivé au bord du fleuve Yalu décida qu’il était trop dangereux de s’attaquer au pays « suzerain », fit demi-tour, se débarrassa de ses adversaires politiques, et se fit céder la place par la cour royale de Goryeo affaiblie. C’est ainsi que fut fondé en 1392 le royaume de Joseon (조선, 朝鮮) (signifiant pays du matin clair et frais, mal traduit, probablement par les premiers missionnaires, en pays du matin calme, nom qui est resté à la Corée) dont il devint le premier roi sous le nom de Tæjo (태조, 太祖), sous le regard bienveillant des Ming de Chine.