Accueil www.macoree.com

Résistances

Il faut mentionner que les Coréens ne furent pas passifs lors de l’occupation.

Le 1er mars 1919, après la mort de l’empereur Gojong, à l’occasion de ses funérailles, beaucoup de Coréens de province se rendirent à Séoul. Profitant de cette présence, trente-trois patriotes écrivirent une déclaration d’indépendance qui fut lue dans un parc de la ville et dont les copies circulèrent très vite de mains en mains et donnèrent lieu à des manifestations spontanées et pacifiques dans tout le pays. La répression fut terrible : 6 000 morts et 35 000 prisonniers. Ce fut seulement un demi-échec pour les Coréens car une prise de conscience de l’identité nationale avait eu lieu et le sentiment patriotique des Coréens ne diminuera plus dès lors…

Syngman Rhee (Yi Seung-Man)Kim Ku Des Coréens exilés créèrent un gouvernement provisoire à Shanghai, avec pour président Syngman Rhee (이승만 : vous pouvez trouver aussi comme transcription de son nom Yi Seung-Man, moins fréquente, cette dernière transcription plus moderne permet de prononcer son nom presque parfaitement) qui sera plus tard le 1er président de la République de Corée. Des mouvements de différentes tendances se constituèrent autour de ce gouvernement : les tendances de droite dirigées par Kim Ku (김구) en Chine et Syngman Rhee qui avait émigré aux États-Unis, les tendances communistes en Chine et en U.R.S.S. dirigées par un certain Kim Il-Sung (김일성). En 1932, Syngman Rhee plaide la cause de son pays devant la Société des Nations. La question coréenne est ensuite évoquée au Caire en 1943 (Grande-Bretagne, USA, Chine) puis à Potsdam en juillet 1945. Mais c’est la guerre, alors on décide de reparler de tout ça quand le moment sera venu… Il semble pourtant qu’à Yalta, Staline et Roosevelt avaient déjà décidé d’un partage de la Corée en échange de l’aide des Soviétiques contre les Japonais…