Accueil www.macoree.com

Luttes d’influences

Les premières brèches dans cette politique isolationniste commencèrent lorsque le Japon obligea la Corée à signer un traité d’amitié et de commerce en 1876, suivi par les États-Unis d’Amérique (1882), la Grande-Bretagne (1883), l’Italie (1884), la Russie (1884), la France (1886), l’Autriche (1892), la Belgique (1901) et le Danemark(1902).

L'empereur Kojong La Chine et le Japon luttaient pour avoir la meilleure place commerciale, mais en 1894, cette lutte dégénéra bientôt en conflit armé entre ces deux puissance, sur le territoire Coréen. La Chine fut battue et dut signer le traité de Shimonoseki (avril 1895), mettant fin à douze siècles d’allégeance coréenne. L’empereur Gojong (고종), fit bâtir à cette occasion la porte de l’indépendance. Mais la Russie ne supportant pas de voir les Japonais à ses portes, protège la Corée en obtenant le maintien de la reine Min. Le Japon réagit brutalement, des soldats japonais investissent le palais de Gyeongbok et assassinent la reine Min (elle sera poignardée, puis, encore vivante, enveloppée d’une couverture, arrosée de kérosène et brûlée vive) et ceux de son clan. Le roi se réfugie chez les Russes, et en 1897, se fait nommer empereur, renommant son pays Tæhan Jéguk (태한제국), empire du Grand Han. Mais son pouvoir était faible et au bon vouloir des Russes.

La reine Min, personnage fort était bien éliminé, mais la Corée résistait, alliée des Russes. La confrontation russo-japonaise était inévitable.