Accueil www.macoree.com

Introduction

L’histoire de la Corée est importante pour comprendre les relations des Coréens avec le reste du monde ainsi que les sentiments nationaux, frustrations voire complexes que peut ressentir ce peuple encore à notre époque. Elle peut aussi vous permettre de bien comprendre le particularisme de ce pays ainsi que d’éviter des gaffes qui nuiraient immanquablement à vos relations avec ce peuple au cœur grand mais rayé de cicatrices nombreuses et souvent encore ouvertes.

Les Français auront bien du mal à dire quand la France est devenue la France. De même, essayez de retracer l’histoire de ses frontières et vous verrez que notre pays en tant que nation unique depuis les Gaulois n’est qu’un reste du lavage de cerveaux opéré pendant la révolution, avec des intentions louables – l’union nationale, la république une et indivisible – que je n’ai pas l’intention de remettre en question, même si le fanatisme de l’époque fut une catastrophe du point de vue de la diversité culturelle de notre pays, mais bref. Les Gaulois ne formaient pas une nation unie, et plus tard la « France » n’était qu’une partie de l’empire romain, puis franc (dont une moitié a donné l’Allemagne…) et, jusqu’au Moyen Âge, il reste bien difficile de dire ce qu’est la France…

Mais je m’égare…

Le cas de la Corée est un tantinet plus simple. Car malgré le fait que ce pays n’ait pas toujours été unifié et ne l’est toujours pas aujourd’hui, comme je l’ai dit dans la partie géographie, le peuple coréen est d’une étonnante homogénéité, et partage aussi une seule et même langue, ce qui distingue ce pays de la situation de la France (penser aux breton, basque, corse, catalan et autres langues parlées par les différents peuples de notre pays…). Allez voir l’ethnologue (en anglais) et comparez les deux pays…

La Corée, pour sa part, voit son histoire commencer d’une des plus belles manières qui soit : par une légende… (Je précise pour les éventuels titilleurs que je sais pertinemment que Mérovée est aussi un personnage plus légendaire que réel, mais il n’existe pas de « légende de Mérovée », comme il n’existe pas de légende de fondation de la « France »)